Je suis ... libre


Aujourd'hui je vous écris parce que j'ai la chance d'être née au bon endroit au bon moment. J'ai la chance d'être une femme française, d'avoir grandi entourée de femmes libres et indépendantes, et d'avoir l'envie furieuse de profiter de ma liberté. Car oui, je peux le dire. Je suis libre...

Quelques temps sans publier, il faut dire que j'avais besoin de prendre un peu de temps pour moi, pour m'installer, pour commencer une nouvelle vie, pour découvrir ce qu'elle avait à m'offrir. Cette nouvelle vie, je dois dire que je la démarre plutôt bien. Un nouvel appart, des envies de découverte, de nouveau mode de vie, de tout changer, et puis surtout une furieuse envie d'enfin dire ce que je pense. Aujourd'hui je vous écris quelques lignes qui me trottaient dans la tête depuis plusieurs jours. Les derniers événements qui nous ont touchés, mais surtout ma liberté retrouvée, m'ont donné envie de me livrer. Alors oui, je vais probablement passer pour une féministe ou que sais-je, je vais probablement choquer, mais quand bien même, je suis d'un pays où la liberté d'expression est un droit fondamental. Et peu importe les qu'en-dira-t-on, j'ai la chance d'être libre de m'en foutre.

Oui, je suis libre. S'il y a bien quelque chose que je suis en ce moment, c'est libre. Libre de provoquer, d'ennuyer ceux qui m'ennuient, de faire rager ceux qui m'importunent, et même de leur dire d'aller voir ailleurs si j'y suis. Je suis même libre d'être vulgaire, ou libre d'utiliser bon nombre d'euphémismes. Je suis libre de porter ce que je veux. Un jean trop troué, un short trop court, des talons trop hauts. Quitte à me prendre au passage des regards malveillants ou des remarques désobligeantes, voire quelques pierres lancées en plein visage, je suis libre de choquer et de m'en amuser. Oui, je suis une femme, mais ce n'est pas parce que les hommes ne savent pas se tenir que je devrais me cacher. S'il y a bien quelque chose que je déteste, c'est qu'on me dise ce que je dois faire ou ne pas faire. Je suis d'un pays où la femme est libre, alors pour toutes celles qui ne le sont pas, je compte bien en profiter.

Et comme toute française qui se respecte, je suis libre de ne pas aimer cuisiner, de rater la cuisson d'une pizza, de collectionner les codes promo Foodora et de le revendiquer. Je suis libre de sortir et de danser jusqu'au petit matin, libre de danser debout sur le bar, de m'empoisonner le foie à coup de JagerBomb, de boire la bière à la bouteille et de m'encrasser les poumons de fumée. Je suis libre. Libre de rentrer seule ou accompagnée, et même de le laisser dormir sur le canapé. Je suis libre de choquer des étrangers parce que la femme française est libre et libérée. Je suis libre d'enchaîner les rendez-vous, et de ne jamais rappeler, libre d'attendre des jours entiers un message ou un appel.

Je suis libre de râler. C'est même d'ailleurs une des libertés que je préfère. Une femme française qui se respecte est une femme qui râle. Je crois bien que c'est dans notre nature. Alors je râle. Je râle contre tout, contre moi, contre les hommes qui ne savent pas faire une lessive, qui oublient de passer l'aspirateur, et qui râlent parce que ce n'est pas fait. Je râle contre les grévistes qui me mettent en retard le matin, contre mes cheveux que je n'arrive plus à coiffer et contre mon dressing affreusement vide et pourtant si rempli. Je râle contre moi car j'ai eu la flemme et que je n'ai rien fait, parce que je suis toujours à la bourre pour rendre des papiers, mais toujours trop en avance quand j'ai rendez-vous quelque part. Je suis donc libre de râler contre tous et toutes, mais plus que tout, je suis libre de profiter de l'excuse des hormones pour râler.

Je suis libre. Libre de faire ce que je veux de mon corps. L'offrir ou le cacher, le tatouer, le faire bronzer, et même le montrer. Je suis libre de prendre des coups de soleil alors que ça fait 22 ans que je sais que ma peau est trop blanche. Je suis libre de manger des sushis même si je fais de l'allergie au soja, de ne pas me démaquiller avant de dormir et de ressembler à un panda le matin au réveil. Je suis libre de devenir rousse, puis blonde, même si tu voudrais que je sois brune ou que je reste au naturel. Je suis libre de couper 50 cm de cheveux, puis de regretter, puis de râler contre mon coiffeur, puis d'adorer, et ensuite vouloir les faire pousser.

Je suis libre de me rincer l'œil, libre de sourire à un inconnu dans le métro, et libre de goûter les spécialités de chaque pays. Je suis libre d'aimer, ou de ne pas aimer, de trouver les femmes plus belles que les hommes mais de préférer les hommes aux femmes. Je suis libre de choisir qui je fréquente, et surtout qui je ne fréquente pas. Libre d'aimer l'exotisme, et d'adorer les clichés français, d'avoir besoin de partir à l'étranger régulièrement mais de ne jamais vouloir quitter la France. Et parce que je suis Française, aujourd'hui, je suis libre de vous écrire. Libre de tenir ce blog, de poster ce que je ressens, ce que je pense. Je suis libre de prendre en compte vos commentaires, et de me foutre des critiques.

Ce vent de liberté qui souffle sur ma vie en ce moment est comme un renouveau. C'est comme se réveiller après une nuit arrosée. On est grogui, on ne sait plus trop où on est, ce qu'il se passe et ce qu'il s'est passé. C'est comme si tout ce qui s'était passé avant ne comptait plus, était flou. Aujourd'hui il n'y a que le présent qui compte, pas de futur, juste un vent de liberté. Je suis libre...


4 commentaires

  1. Bel article ! Tu as l'air de vouloir ce renouveau et cette liberté (retrouvée, j'ai envie de dire) alors profite tout en prenant soin de toi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma belle ! Au plaisir de profiter de cette nouvelle liberté pour te rencontrer !

      Supprimer

Retour en haut